Contenu

FSI

Université de Toulouse Université Toulouse III - Paul Sabatier

Intranet FSI Recherche avancée
16 nov.

Vous êtes ici : Accueil FSI

La mort cellulaire programmée : un rôle clé dans notre développement


La mort cellulaire programmée, ou apoptose, processus très conservé au cours de l’évolution, fut d’abord considérée comme un processus permettant de réguler le nombre de cellules. La découverte de son rôle essentiel au cours du développement par l’identification des acteurs clés impliqués dans ce processus fut une première surprise.

Depuis ces découvertes pionnières, de nombreux processus développementaux se sont avérés dépendant de l’apoptose tels que l’individualisation des doigts ou la fermeture du système nerveux.

On a d’abord pensé que l’apoptose n’était requise que pour la simple élimination de cellules dans des zones particulières suffisant à remodeler la forme globale du tissu environnant. Toutefois, des études récentes, se focalisant sur la formation d’un pli au cours du développement de la patte de Drosophile, ont montré que les cellules apoptotiques, loin d’être éliminées sans conséquences sur le tissu environnant, génèrent, avant de mourir, une force permettant de déformer les cellules voisines et d’augmenter localement la tension tissulaire.

https://www.nature.com/articles/nature14152

Plus récemment, nous avons identifié pour la première fois le mécanisme cellulaire impliqué dans la génération de cette force, dernier sursaut des cellules avant de mourir, révélant notamment que le noyau des cellules, garant de l’intégrité du génome qu’il renferme, est un élément clé dans la génération de cette force.


https://www.cell.com/developmental-cell/fulltext/S1534-5807(19)30425-3

Enfin, nous avons pu mettre en évidence que lorsque des cellules épithéliales s’apprêtent à quitter un épithélium pour devenir migratoire, loin d’être expulsées sans laisser de traces, ces cellules participent activement au changement de forme de ce tissu, révèlant ainsi un tout nouveau rôle de la transition épithélio-mésenchymateuse comme nouvel acteur mécanique dans la morphogenèse tissulaire (Gracia et al, in press).

Ces études, soutenues par l’European Research Council, nous permettent de mieux comprendre les mécanismes cellulaires responsables du changement de forme des tissus, en révélant notamment l’importance de forces mécaniques produites par une sous-population de cellules sur la morphogenèse.

Magali Suzanne



Titulaire d'une thèse à l'Université Paul Sabatier, Toulouse III, Magali Suzanne est directrice de recherche au Laboratoire de Biologie Cellulaire et Moléculaire du Contrôle de la Prolifération (LBCMCP - UMR 5088).

En 2011, grâce à l'obtention d'un financement ANR Jeunes Chercheurses Jeunes Chercheurs, elle monte son équipe de recherche afin d'étudier le rôle de la mort cellulaire programmée dans les changements de forme des tissus. 

En 2014, elle est lauréate d'une European Research Council Consolidator Grant pour son projet "EPAF" : Force des cellules épithéliales apoptotiques.

Date de mise à jour 28 juin 2019


Université Toulouse III - Paul Sabatier - 118 route de Narbonne 31062 TOULOUSE CEDEX 9 téléphone +33 (0)5 61 55 66 11