Publié le 7 avril 2021 Mis à jour le 19 mai 2021

En 2020, le projet de plantation d’une micro-forêt Miyawaki en zone urbaine, mené par les jardins agroécologiques figurait parmi les lauréats du concours développement durable de l’Université Fédérale Toulouse Midi-Pyrénées (UFTMP). Ce projet a récemment pris de l’ampleur grâce à l’implication et la collaboration du « Collectif Micro Forêts Toulouse de l'association « Toulouse en Transition ». Ainsi, ce sont 3 000 arbres qui verront le jour dans 3 ans environ sur le campus, sur une parcelle de 1 000 m².



Le lancement de ce projet, initialement prévue à la fin du mois de février, a finalement débuté mi-mars 2021, en raison des conditions météorologiques.
Cette forêt a commencé à être plantée selon la méthode Miyawaki, conçue au Japon par le botaniste Akira Miyawaki. Ce dispositif comporte de nombreux bienfaits puisqu’il permet une croissance très rapide des arbres, une biodiversité démultipliée, et un impact sur le micro-climat et l’environnement local. Les arbres capteront également le CO2 et les particules fines produites pas la circulation.
 
Les initiateurs de ce projet espèrent ainsi placer la nature au cœur du campus tout en utilisant des méthodes issues de la permaculture, avec un sol fortement amendé, une densité d'arbres élevée (3 arbres par m2) et une grande diversité d'espèces locales (23 espèces). La dynamique naturelle de la végétation sera alors accélérée menant plus rapidement à l'obtention d'une forêt mature et autochtone.


Puisque c’est au cœur du campus universitaire Paul Sabatier que cette forêt se dressera, la décision a été prise de mettre en place un suivi scientifique de ce projet mené par un membre du Laboratoire de chimie et physique quantiques (LCPQ). Trois laboratoires d'écologie et de biologie seront impliqués : le laboratoire Évolution et diversité biologique (EDB), le laboratoire écologie fonctionnelle et environnement  et le laboratoire Géosciences environnement Toulouse (GET).

Le projet a donc été modifié afin d’aboutir à 4 blocs comprenant chacun au moins 100 m2 de micro forêt Miyawaki et 100 m2 de zone naturelle témoin. L’ensemble de ces blocs sera planté le long du canal, en grande partie derrière la chaufferie, grâce à un partenariat avec le Service Gestion et exploitation (SGE). L’ensemble de la communauté universitaire est invitée à participer. Un cinquième bloc devrait être planté au Laboratoire de Recherche en Sciences Végétales (LRSV)  fin 2021.


Cette forêt représente un pas supplémentaire vers la végétalisation du campus, l’amélioration de l’environnement, et constitue une première réponse aux enjeux climatiques et au défi de la transition écologique.




© Actu Environnement 
 
La méthode Miyawaki pour doper la création de forêt (actu-environnement.com)


Si vous souhaitez vous impliquer ou avoir des informations supplémentaires, contactez :